La Journée du Manuscrit Francophone
5e Journée du Manuscrit

à l’Institut du Monde Arabe

Suivez-nous sur 

La mère et les poisons

Auteur : S.L. Francesca Pesci
Pays : France
Créé le : 29 septembre 2017
Catégories :

Les histoires d’amour de transfert commencent mal en général… Mais elles peuvent avoir la vie dure. Donc une chance de métamorphose. Et une chance d’échapper à la malédiction dont nombre de psys les menacent : il faudrait liquider le transfert. Comme on liquide une dette ou un témoin gênant. Il y a pourtant moyen de se débarrasser de la matière solide un peu lourdingue, et quelquefois très encombrante, en zappant l’élément liquide intermédiaire, et d’accéder direct à quelque chose de plus léger, plus éthéré, qui vous ferait croire au ciel : l’étonnant processus dont Freud a emprunté la métaphore à la physique… la sublimation. Mais pourquoi faudrait-il tarir cet épanchement, plutôt que le laisser suivre son cours et se répandre, irriguer les voies souterraines et féconder les profondeurs où se font les enracinements ? Peut-être rejaillira-t-il en résurgence… où d’autres amours s’abreuveront, comme il s’est lui-même abreuvé au sein et au regard qui ont versé en nous la faculté d’aimer. « L’on n’aime bien qu’une seule fois, c’est la première »… dit La Bruyère.